Tous les articles avec le tag chrysler-fiat

Fiat 500 Spec US : c'est pas encore ça !

publié depuis Jean-Pierre

Fiat 500 Spec US

Le marché automobile américain est très spécifique et nombreux sont les constructeurs européens à s’y être cassé les dents, pour des raisons diverses. Peugeot, à une époque pas si lointaine, avait pourtant décroché un gros contrat, faisant de ses 505 turbo-diesel, des Yellow Cabs très officiels. Mais pour avoir négligé le réseau de distribution et l’après-vente, ce succès resta sans lendemain. Renault, par deux fois, s’est aussi banané outre-atlantique, d’abord avec la Dauphine, pour les mêmes raisons que Peugeot, puis avec le rachat d’AMC, qui tourna court pour causes de finances déficientes du Losange.

Mais Fiat y croit, surtout après être devenu le propriétaire de Chrysler. L’exemple de Smart, ayant réussi à vendre sa minuscule biplace faces aux gros pick-up, ne pouvait qu’encourager l’italien à commercialiser sa 500 aux USA, 500 qui jouit d’une aura considérable en Europe. Mais voilà, ce qui séduit sur le vieux continent ne plait pas forcément là-bas et les ventes de la 500 Spec US sont bien inférieures aux souhait du PDG de Fiat, Sergio Marchionne.

Alors que le constructeur pensait écouler 50 000 exemplaires de la 500 aux USA par an, ce sont seulement 11 000 unités qui ont été vendues. Et encore, il faudrait déduire de ce montant les 3 000 exemplaires livrés au Canada… Bien sûr, des éléments concrets justifient en partie cet échec relatif, à commencer par la pagaille financière que les USA ont semé partout sur la planète. Ensuite, le nombre de revendeurs de la 500 est trop peu important : à peine 110, et bientôt 130, pour un territoire aussi vaste, ce n’est certainement pas assez, surtout quand le SAV sera concerné.

Continuer de lire :: Fiat 500 Spec US : c'est pas encore ça !

Fiat au contrôle de Chrysler en 2011 ?

publié depuis Lauraux Matthieu

Fiat 500 USA

Cela est déjà plus ou moins mis en application, mais Fiat devrait prendre officiellement le contrôle de l’américain Chrysler Group LLC dans le courant de l’année 2011. C’est le PDG Sergio Marchionne lui-même qui a fait l’annonce hier à Milan :

« Je pense que cela est possible, or je ne sais pas si cela passera, mais prendre plus de 50% serait faisable si Chrysler décide de revenir en bourse en 2011. Il y a aura un avantage si cela intervient. »

En effet, Fiat pourrait économiser plus de 2 milliards d’euros si l’opération s’accélérait. Actuellement, les parts de Fiat dans Chrysler se soldent à 20% et 35% étaient visés pour l’horizon 2012.

Continuer de lire :: Fiat au contrôle de Chrysler en 2011 ?

Dossier : L’Amérique ne vend plus (4/4)

publié depuis Lauraux Matthieu

Fisker-tesla

Bref, GM dans le rouge, Chrysler en attente de résultat et Ford plutôt stable, l’automobile américaine souffre, mais à des niveaux très différents. La stratégie est d’ailleurs très différente chez chacun, GM vise l’Asie via ses joint-ventures GM-SAIC-Wuling, Shanghai-GM, Ford l’Europe avec une gamme agressive, et Chrysler l’Amérique du Nord, ne réservant que Jeep (et Chrysler ?) à l’étranger.

Mais il n’y a pas que les Big Three, il y a une automobile américaine moins vieillotte, moins conservatrice. Tesla et Fisker sont les ambassadeurs de la nouvelle américaine. Qu’elles soient hybrides ou électriques, elles représentent l’avenir, sans pour autant délaisser le style, la puissance, ni l’esprit de liberté. La Tesla Roadster a lancée le mouvement, suivie en 2011 par la Models S, Fisker fait lui dans l’hybride avec une Karma lancée en 2010, avec un design ô combien extravagant.

Ces deux constructeurs sont loin de faire de l’ombre aux Big Three, la Tesla Roadster n’a pas dépassé les 1.000 unités, et les autres sont encore en attente. Mais attention, leurs images sont déjà en béton et il n’en faudra pas beaucoup pour que cela devienne un phénomène. Souhaitons à ce que cette face-là se développe et gagne du terrain, pendant que les autres se transforment enfin pour se mettre au goût du marché et de la demande.

Dossier : L’Amérique ne vend plus (3/4)

publié depuis Lauraux Matthieu

Ford_logo

Ford : Stabilité fragile

Ford a plutôt passé la crise sans encombre, n’enregistrant pas de pertes colossales comme ses collègues. Il y a bien sur eu plusieurs bas pour l’ovale bleu, elle a du se séparer de ses parts dans Mazda, de ses marques de niches Jaguar et Land Rover, revendues au groupe indien Tata fin 2008, et d’Aston Martin en 2007. Peut-être Ford avait-t-il vu le vent tourner avant l’heure ?

Aux Etats-Unis, les ventes ont logiquement chuté, la gamme, si complète soit-elle, a des lacunes en bas de gamme. Ayant compris cela, Ford a décidé d’importer la petite Fiesta à grand coup de marketing Web 2.0, réseaux sociaux pour rameuter les jeunes auprès de sa citadine, qui a fait un carton en Europe (500.000 unités en 9 mois). Les modèles américains purs vont aussi disparaître en partie et petit à petit, la globalisation commencera à l’automne prochain avec la Focus qui sera identique en Europe et en Amérique du Nord et le C-Max devrait faire également son entrée.

Le style a beaucoup joué en faveur du groupe, enfin de Ford, car Mercury et Lincoln restent encore très peu diffusées, et de plus seulement aux USA. Le renouveau esthétique a commencé outre-Atlantique par une identité plus affirmée en 2005 sur la berline Fusion, la Edge, la Mustang et en Europe le kinetic design a envahi la gamme avec les S-Max, Galaxy et Mondeo en 2006 et 2007.

Continuer de lire :: Dossier : L’Amérique ne vend plus (3/4)

Dossier : L’Amérique ne vend plus (2/4)

publié depuis Lauraux Matthieu

Chrysler Aspen

Chrysler : de mains en mains, un succès demain ?

Chez le petit des Big Three, l’histoire n’est pas vraiment la même mais le résultat fut tout de même une faillite chez Mister Chapter 11 et un nom passant à Chrysler Group LLC, rien de bien transcendant. Pour ne pas tomber dans un gouffre interminable, la direction a décidé de se vendre auprès d’européens après avoir revendu les parts de Daimler restantes. Fiat a donc dans l’été, pendant la faillite, récupéré 20% des parts du capital, le groupe Chrysler deviendra en 2010 alors Chrysler-Fiat et se voit de suite dirigé par l’italien Sergio Marchionne. A plus long terme, Fiat devrait détenir 35% du capital (2011-2012) et encore plus tard le contrôle majoritaire.

Chrysler n’est plus dans le flou, le groupe a présenté ses intentions par deux fois dans l’année, le Viability Plan en février et le plan 2010-2014 en novembre avec tous les modèles en filigrane. Bien sûr, nombre d’entre-eux se reposeront sur des Fiat, Lancia ou Alfa Romeo, car le marché américain est en pleine mutation. En effet, la domination des pick-ups, SUVs ou grandes berlines fait face à une percée exponentielle, très européenne, des petites berlines, compacte et même citadines…

Début des années 2000, le fleuron Chrysler était un Dodge RAM ou une 300C, mais après 2010, il faudra plus compter sur une Nassau (basée sur Delta) ou un petit Jeep sur base Fiat Panda. Chrysler a donc un plan solide, le groupe table sur plus de 2,8 millions unités d’ici quatre ans, alors que les ventes cette année ne dépasseront pas les 1,3 millions. Par le passé, Chrysler a très mal passé le cap du choc pétrolier de 1973, devant s’allier avec Renault, mais ce fut un échec et les ventes décolleront autour de 1990.

Continuer de lire :: Dossier : L’Amérique ne vend plus (2/4)

Dossier : L’Amérique ne vend plus (1/4)

publié depuis Lauraux Matthieu

Chevrolet-logo

La crise économique, qui s’est évidemment abattue sur l’automobile, a accentué le phénomène cette année. 2009, les Big Three que nous avons connus ne sont plus ce qu’ils étaient. Analysons la situation de l’automobile américaine en cette fin de première décennie du XXIè siècle.

GM : la Grosse Marade

Le meilleur exemple est celui de General Motors, qui a probablement vécu sa pire année sur tous les points. Rien ne va plus pour ce groupe américain encore n°1 en 2007, les pertes en début 2009 se sont soldées à environ 27 milliards de dollars (19 milliards d’euros) et la faillite fut inévitable malgré des plans de relance en urgence et une aide du gouvernement de 52 milliards (36 milliards d’euros) qui n’a pu boucher les trous dans cette entreprise gruyère.

Continuer de lire :: Dossier : L’Amérique ne vend plus (1/4)

Rumeur : une Fiat 500 électrique à Détroit sur le stand Chrysler ?

publié depuis Lauraux Matthieu

Fiat 500 électrique

Malgré le fait que Chrysler ne fera pas de conférence au Salon de Detroit, faute de nouveautés, le groupe américain présentera deux véhicules liés à Fiat, enfin deux véhicules du groupe Fiat. On connaît déjà (à confirmer) la future Lancia Delta rebadgée Chrysler, la deuxième serait une Fiat 500 électrique, selon des sources rapportées par Automotive News.

Est-ce que cette 500 sera celle modifiée et vendue en Suède par AutoAdapt ? Ou une Fiat officielle ? Plus certain, d’autres autos du groupe italien, toujours selon les sources, seront exposées aux côtés des deux citées au-dessus, les 500, 500C et 500 Abarth, puis les superbes Maserati GranCabrio et Ferrari 458 Italia.

La 500, en plus d’être vendue en Amérique du Nord en fin d’année prochaine, elle y sera produite, précisément dans l’usine mexicaine de Toluca, à raison de 100.000 unités en année pleine.

Source : Automotive News

500, Punto à la conquête de l'Amérique!

publié depuis Yann

fiat 500 Abarth

Avec l’alliance Chrysler-Fiat presque scellée, le constructeur italien aura bientôt un chemin tout tracé pour la conquête de l’Amérique. D’accord, je m’enflamme un peu, parce que ce n’est pas dit qu’ils y arrivent aussi facilement.

En attendant que l’alliance soit définitivement conclue, des documents légaux donnent une idée de ce qui pourrait débarquer au pays de l’Oncle Sam d’ici 18 à 24 mois. La firme italienne pourra importer la 500 - et selon toute vraisemblance la version cabriolet serait la première à arriver -, la Grande Punto et la Panda pour Fiat. Pour ce qui est d’Alfa Romeo, déjà de retour mais d’une façon toute symbolique puisque seule la 8C Competizione était vendue jusqu’alors, ce sont les MiTo et future Milano qui s’inviteront chez les Yankees.

L’administration américaine n’a pas été tendre, et Fiat a du s’engager en contre-partie à construire aux USA un véhicule Chrysler sur la plateforme C-evo (développée pour la future Alfa 149). Le groupe italien fournira également à Chrysler-Jeep-Dodge les moteurs V6 3.0l diesel et le 1.4 Multiair essence, ainsi que les transmissions automatique à double embrayage. Mais en fait, il reste quoi de Chrysler dans l’histoire?

Source : Autoblog

Faillite de Chrysler : le groupe veut en sortir très vite

publié depuis Lauraux Matthieu

ld Chrysler Detroit

En procédure de dépôt de bilan, Chrysler a stoppé sa production, l’activité des salariés, tout sauf leur paiement. Mais les avancées pré-faillite ont donné de l’ambition au groupe qui veut en sortir le plus rapidement possible.

Placé sous le Chapter 11, Chrysler va renaître sous une nouvelle entité et sûrement un nouveau nom (Fiatler ? Chriat ? Fiat-Chrysler ?). Pour le positif, l’avocate Corinne Bail a déclaré que le groupe survivra à l’opération.

C’est donc de bonne augure pour les quelques 38.200 salariés directs et 140.000 indirects via les concessionnaires qui pourraient reprendre leur quotidien normal d’ici 30 à 60 jours, temps nécessaire à la restructuration.

Source : Les Échos
Photo : Dealbreaker.com

Chrysler dépose le bilan, l’alliance avec Fiat officielle !

publié depuis Lauraux Matthieu

Fiat Chrysler

C’est Obama qui a annoncé la nouvelle comme prévu, ayant préparé deux discours, c’est celui de la banqueroute qui a été prononcé, plaçant le groupeChrysler sous le Chapter 11 de la protection des entreprises en faillite.

Un temps envisagée, la liquidation n’a pas lieu grâce à Fiat et les accords avec les syndicats américains et canadiens.

Mieux, une aide de 3,3 milliards de dollars sera versée sous forme de prêts par le gouvernement US. Lors de la prise de Fiat, 4,7 milliards seront rajoutés et le Canada sera aussi de la partie avec 2,42 milliards supplémentaires.

Continuer de lire :: Chrysler dépose le bilan, l’alliance avec Fiat officielle !